mercredi 15 mars 2017

Les clefs du silence (Jean Lemieux)

Jean Lemieux. – Les clefs du silence. – Montréal : Québec Amérique, 2017. – 364 pages.
ISBN 978-2-7744-3265-5

Polar







Résumé : Début juillet 2009, pendant le Festival du Jazz, sous la canicule. À deux pas du nouveau Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), un infectiologue est retrouvé sauvagement assassiné à l’arme blanche et scalpé. Puis c’est le tour d’un ex-ministre fédéral et du chien d’un ex-felquiste. Alors que sa fille est en instance d’accoucher, le sergent-détective André Surprenant du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) mène l’enquête. Que viennent faire les magouilles et la corruption des multinationales entourant la construction du nouveau CHUM, les contributions illégales aux partis politiques, les événements d’octobre 1970 et un certain livreur de poulet, la grande recrue de 1653 dont Paul Chomedey de Maisonneuve, un sosie du chanteur des Cowboys fringants, les Belles sœurs de Michel Tremblay, le Bloc et le Parti québécois, le Parti libéral du Québec, les tensions au SPVM (tiens donc !), le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), la CIA et un coq portugais dans cette quête de la vérité ?

Commentaires : Jean Lemieux nous livre ici un roman touffu, très documenté, une intrique complexe avec une multitude de personnages et d’indices. En arrimant le récit avec la réalité historique qu’il décrit et interprète, dit-il librement, le créateur du sergent-détective André Surprenant, personnage un peu porté sur la consommation d’alcool, donne l’impression d’avoir eu accès à certaines informations à partir de sources privilégiées. Il s’agit là d’une caractéristique intéressante des polars qui permettent de dénoncer des injustices et des manipulations politiques, économiques et sociales, tout en déclarant que les personnages et les événements décrits sont fictifs. Sont aussi omniprésentes les convictions politiques de l’auteur et de son héros ainsi que son désir de les partager. En ce sens, certains jugements sur la société québécoise sont très réalistes et m’ont rejoint.

Mais à vouloir trop en mettre, on s’y perd parfois un peu, mais la curiosité de savoir et l’intérêt ne fléchissent pas de chapitre en chapitre. Des chapitres « thématiques » courts, bien construits. Une écriture remarquable. Des références musicales appropriées. Même une recette de paëlla avec du romarin (?), peut-être celle de l’auteur. On a définitivement hâte que le policier et ses collègues finissent par faire la part des choses dans ce nœud gordien d’hypothèses tout aussi crédibles les unes que les autres. Évidemment, la solution décrite dans ses moindres détails viendra… dans un des derniers chapitres. Somme toute un roman bien ficelé, avec une incursion dans la vie personnelle et familiale du héros.

Je dois avouer que Les clefs du silence m’a fait découvrir cet auteur très prolifique. Ce roman m’a donné le goût de remonter aux aventures antérieures d’André Surprenant qui sont sur ma pile de prochaines lectures.

Ce que j’ai aimé : L’idée originale. L’arrimage avec la réalité actuelle de la société québécoise et à certains événements historiques. La haute qualité du texte. L’humour de l’auteur. Les fleurs de lys parsemées tout au long du récit. Une première de couverture qui résume bien le propos. Le fait que les coupables ne seront probablement pas punis à la hauteur de leurs crimes, comme c’est souvent le cas lorsqu’il est question de magouilles politiques. La dernière phrase (n’allez surtout pas la lire).

Ce que j’ai moins aimé : L’apparition d’un nouveau membre dans la famille du policier (et je ne fais pas ici référence à Paul Massicotte) qui, bien qu’elle crée une nouvelle dynamique dans le couple du héros, n’est peut-être qu’une prémisse à un prochain opus.


Cote : ¶¶¶¶


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire