mardi 23 mai 2017

Où le soleil s'éteint (Jacques Côté)

Jacques Côté. – Où le soleil s’éteint - Une enquête de Daniel Duval. – Lévis : Éditions Alire, 2017. – 366 p.

Polar








Résumé : Juillet 1983... Sur l'autoroute 20, Benoit Ayotte et Sylvain Mailloux, deux voyous en provenance de Montréal, font du pouce vers l'est. Ayotte veut se terrer au chalet de l'oncle de Mailloux, à Rivière-à-Pierre, car, en mission pour son clan, il a abattu par erreur un innocent père de famille plutôt qu'un membre d'un gang rival. Mais dès leur arrivée dans la région de Québec, la mort s'invite dans le périple des deux malfrats. Quand le corps d'un homme sans papiers - et sans tête ! - est découvert sur la voie ferrée du tracel de Cap-Rouge, l'équipe du lieutenant Duval est chargée de l'enquête qui déterminera s'il s'agit d'un meurtre ou d'un suicide. Ajoutée à la découverte d'indices incriminants dans un bosquet sur le promontoire qui jouxte la vertigineuse structure métallique, la disparition dans le même secteur de deux jeunes filles fait cependant craindre le pire au lieutenant, dont l'humeur est déjà assombrie par l'effritement de sa relation avec Laurence, sa femme. Or, pendant que les policiers peinent à comprendre ce qui s'est passé ce soir-là dans les hauteurs de Cap-Rouge, la trajectoire meurtrière du tueur fou se poursuit en toute impunité...

Commentaires : Nébulosité croissante en fin de journée est le premier polar québécois et le premier roman de Jacques Côté que j’ai lu après m’être initié à cette littérature de genre, entre autres auprès de Michaël Connelly. J’ai retrouvé, dans Où le soleil s’éteint une structure romanesque comparable : étalage d’une série de meurtres dont est témoin le lecteur (j’aime bien cette approche), entrée en scène du héros de Côté, le lieutenant de la SQ Daniel Duval et son fidèle « gros » collègue et « preacher », Louis Harel. Ici, l’enquête s’étend sur neuf jours (avec quelques longueurs) et se termine, un peu comme dans Nébulosité croissante...,  sur les chapeaux de roues, expression particulièrement appropriée dans ce cas-ci.

Les personnages de Côté sont toujours bien typés, évoluant ici dans l’environnement des années 80, avec de nombreuses références musicales dont plusieurs m’étaient inconnues. Leurs caractéristiques physiques et leurs niveaux de langage les rendent tous très crédibles. Le choix et la description des lieux où se déroule l’intrigue contribuent à nous plonger dans l’atmosphère glauque de cette histoire dans laquelle un meurtre n’attend pas l’autre …  Sans oublier les fantasmes sexuels récurrents, assouvis ou non, des criminels et des policiers exposés aux tentations de la chair.

Personnellement, j’aime les romans qui nous font voyager sur de grandes ou de courtes distances. C’est ici le cas :  depuis la tête des ponts de Québec jusqu’au plus profond de la Beauce, à quelques kilomètres de la frontière américaine, en passant par Cap-Rouge et son tracel, Donnacona, Rivière-à-Pierre, le boulevard Hamel à Québec, l’île d’Orléans…

Somme toute, un bon Jacques Côté. Avec une finale qui laisse en suspens des questions non résolues, annonciatrice d’une suite. J’ai déjà hâte.

À mon humble avis, je suis un nostalgique, Nébulosité croissante en fin de journée, n’est pas déclassé dans mon palmarès.

Ce que j’ai aimé : L’intrigue qui fait en sorte que le lecteur sait tout alors que les enquêteurs doivent découvrir. Les niveaux de langages, dont un accent marqué d’une Beauce profonde. De façon générale, une ambiance québécoise qui crédibilise les personnages.

Ce que j’ai moins aimé : J’ai eu un peu de difficulté avec le fait que les services d’identité judiciaire étaient plus efficaces pour appareiller les cheveux d’une des victimes que les deux parties d’un corps retrouvé. Dans la scène finale, il n’est pas toujours facile de visualiser l’action dans le labyrinthe...

Cote : ¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire