vendredi 29 septembre 2017

Cinéma Royal (Patrice Lessard)

Patrice Lessard. – Cinéma Royal. – Montréal : Héliotrope, 2017. 164 pages.


Thriller






Résumé : L'ancien Cinéma Royal de Louiseville abrite aujourd'hui un centre commercial décati, et le chic Hôtel Windsor a été réduit à une misérable taverne. Jeff habite au-dessus de l'un et travaille à servir les ivrognes dans l'autre. Prisonnier d'un quotidien sans relief, il attend un miracle... qui fait son entrée au Windsor par un beau soir d'hiver : une belle Espagnole prénommée Luz, femme de l'avocat de la pègre locale et amatrice de grands vins, s'installe au bar. Comme dans les films, Jeff en tombe instantanément amoureux. Comme dans les films, elle succombe à ses avances. D'aucuns diraient que tout cela est trop beau pour être vrai...

Avec ses clins d'œil à des icônes du grand écran, Cinéma Royal se lit comme on parcourt un palais des glaces, où les visages familiers se démultiplient ou s'évanouissent sitôt qu'on croit les saisir du regard. On imagine Hitchcock en coulisse, tirant les ficelles de cette intrigue fort habile dans laquelle on peine à distinguer le rêve de la réalité.

Commentaires : Patrice Lessard est un auteur (Le sermon aux poissons - 2011, Nina - 2012, L’enterrement de la sardine - 2014 et Excellence poulet - 2015) que je viens agréablement de découvrir. Cette histoire d’un barman à la taverne Windsor de Louiseville est hallucinante et délirante, parfois même à la fois triste et drôle. Sans compter que les résidents de cette petite ville de la Mauricie qui a perdu son lustre à la suite de la construction de l’autoroute 40 en prennent pour leur rhume !

Ce petit roman qui se lit en quelques heures à peine se caractérise par le style particulier de l’auteur, avec ses dialogues dans une langue bien québécoise habilement intégrés à la narration et la profusion de détails qui émaillent le récit. Une histoire truffée de quiproquos qui amène indubitablement le lecteur à se demander si cette mystérieuse Espagnole devenue le sujet de l’heure n’est qu’illusion pour cet homme qui souhaite de se sortir d’une réalité médiocre, changer de vie. Une réponse qui, comme dans tous les films du genre qui ont été la source d’inspiration de ce talentueux auteur, n’est apportée qu’à l’avant-dernier paragraphe.

Ce que j’ai aimé : L’audace de l’auteur dans la description du milieu de vie de son personnage principal. La liste des grands vins peut-être à découvrir.

Ce que j’ai moins aimé : La longue incartade dans le scénario du film Body Double de Bryan De Palme qui ralentit quelque peu le rythme.


Cote : ¶¶¶¶

jeudi 28 septembre 2017

La vie rêvée de Frank Bélair (Maxime Houde)

Maxime Houde. – La vie rêvée de Frank Bélair. – Lévis : Alire, 2017. 309 pages.


Polar






Résumé : Montréal, 1942… Marié avec Simone, son amour de jeunesse, Frank Bélair est depuis peu le papa d’un charmant petit garçon mais surtout, grâce à Alan Rourke, un malfrat qui l’a récompensé pour sa loyauté dans une vieille affaire, il est le propriétaire du Blue Dahlia, le cabaret à la mode à Montréal.

Chaque soir, entre deux floor shows, il boit du whisky, accueille les clients ou expulse ceux qui sont éméchés et, en bon maître des lieux, prend son pied à souhait avec Béatrice, sa préférée du moment. La vie rêvée, quoi ! Tant qu’il paie sa cut à monsieur Rourke…

Mais en ces années de guerre, le passé vous rattrape rapidement dans la métropole du vice et Frank comprend trop tard que les ficelles qui le lient à la famille Rourke tissent autour de lui une toile solide dont il doit à tout prix s’extirper…

Commentaires : Avec La vie rêvée de Frank Bélair, Maxime Houde nous plonge dans la vie nocturne du Montréal des années quarante avec son lot de gangsters qui évoluent autour des clubs, en plein cœur du Red Light. Avec comme approche originale : de nombreuses références aux films noirs des années 40-50. Le lecteur qui s’y connaît moins dans la richesse de cette filmographie trouvera dans les notes finales de l’auteur les associations qu’il a faites avec certains personnages du septième art ainsi que ses sources d’inspiration.

L’ensemble est bien réussi avec une structure narrative qui peut, à prime abord paraître complexe, mais qui est fort efficace pour nous faire voyager dans le temps et en apprendre sur la vie du personnage principal magouilleur qui souhaite tirer son épingle du jeu. Une histoire bien ficelée, crédible, avec une finale tout à fait inattendue.

J’ai beaucoup aimé de polar que j’ai lu presque d’une traite tellement l’action est omniprésente. 

Ce que j’ai aimé : L’ambiance de l’époque, la vie quotidienne dans les bars et le personnage principal.

Ce que j’ai moins aimé : -

Cote : ¶¶¶¶

mardi 19 septembre 2017

Vaticanum (Jose Rodriguez dos Santos)

José Rodrigues dos Santos. – Vaticanum. – Paris : Éditions Hervé Chopin, 2017. 633 pages.

Thriller







Résumé : Et si ce pape était le dernier ? Trois grandes prophéties annoncent sa fin et avec elle celle de l’Église catholique. Saint Malachie l’a prédit au XIIe siècle, le pape Pie X en a eu la vision en 1909, et la Vierge de Fátima l’a annoncé aux trois jeunes bergers portugais en 1917.

Alors que Thomás Noronha travaille dans la nécropole du Vatican à la recherche des ossements de saint Pierre, le pape le fait appeler dans ses appartements privés qu’il n’occupe plus que pour ses rendez-vous en journée. Il a besoin de son aide pour enquêter sur un vol commis au sein même de la Cité du Vatican.

Vingt-cinq ans après l’opération « Mains propres » qui a ébranlé la curie et les fidèles, de nouveaux documents explosifs ont disparu qui pourraient remettre en cause l’intégrité de l’Église. Historien et cryptanalyste, Thomás ne comprend d’abord pas très bien pourquoi on fait appel à lui. Il commence cependant à faire des découvertes qui mettent en cause de grandes figures de l’Histoire du XXe siècle.

Commentaires : J’ai lu tous les romans de dos Santos qui ont été publiés à ce jour. Vaticanum, le sixième, n’est pas le meilleur de cet auteur, journaliste de profession, qui s’appuie sur des faits réels – une recherche documentaire toujours impressionnante – pour camper son intrigue. Et l’auteur insiste pour mentionner que « toutes les informations historiques présentées dans ce roman sont vraies » : il s’agit là de sa marque de commerce. Avec un héros historien et spécialiste du déchiffrement de messages chiffrés ou codés. Dans le cas présent, on se croirait dans un roman de Dan Brown : une course contre la montre sur 24 heures où l’ensemble du récit peine à s’intégrer, tant cette histoire foisonne d’information.

Comme dans ses thrillers précédents, dos Santos déploie les résultats de ses recherches : ici sur les scandales financiers du Vatican qui écorchent la réputation « angélique » de certains papes, dont Jean-Paul II. Une grande portion – un peu trop longue à mon goût - du récit porte sur le dévoilement, sur plusieurs chapitres, des règles de corruption qui ont prévalu et qui prévalent peut-être encore au Vatican. Une technique narrative qui ralentit le rythme de l’intrigue avec des redites inutiles. D’ailleurs, toute cette portion du roman amène le lecteur à s’interroger à savoir où veut nous amener l’auteur. On finit par conclure que l’objectif de l’écrivain-journaliste visait davantage à informer sur les dessous financiers du Vatican en lien avec les politiciens et la mafia plutôt qu’à divertir. À ce titre, j’ai beaucoup appris sur les pratiques financières douteuses de l’institution.

Thomás Noronha est égal à lui-même : les connaissances encyclopédiques de cet esprit universel font qu’il a réponse à tout argument. Parfois un peu trop, mais on est dans une fiction : on peut tout se permettre. Quoiqu’il faudrait ne pas trop abuser de répliques insipides dans les échanges entre les personnages principaux.

Malgré tout, la structure romanesque nous entraîne en bonne partir dans une lecture palpitante. De court chapitre en court chapitre, le lecteur brûle de tourner la page pour découvrir la suite de l’aventure : Vaticanum est un roman qui se lit en quelques jours. Et la finale, quasi prévisible, est quelque peu tirée par les cheveux.

En espérant que le prochain dos Santos sera à la hauteur des publications précédentes de cet auteur que j’aime bien.

Ce que j’ai aimé : L’information historique associée au récit et les descriptions des lieux où se déroule l’enquête.

Ce que j’ai moins aimé : Les redites qui auraient pu être éliminées et qui auraient allégé le texte et accéléré le rythme du récit.


Cote : ¶¶¶

mercredi 13 septembre 2017

Montréal noir (Collectif)

Collectif. – Montréal Noir. – Montréal : No de série, 2017. 199 pages.


Nouvelles noires







Résumé : Une unité de lieu : Montréal… mais noir. Patrick Senécal raconte une course contre la montre, empreinte de vengeance et de culpabilité, dans les rues du centre-ville à l'heure de pointe. Marie-Claire Blais dévoile la destinée sombre de Xuan, par une nuit chaude et étouffante sur la rue Sainte-Catherine. François Barcelo dépeint une métropole enneigée, à travers une recherche macabre du lieu idéal pour se débarrasser d'un cadavre. André Truand imagine les tourments d'une jeune âme parcourant la ville d'est en ouest, en revenant sur le drame qui a mené à sa mort. Chrystine Brouillet plonge au cœur d'une enquête impliquant un chauffeur de taxi montréalais, un bébé abandonné et un junkie mort dans d'étranges circonstances. Gilles Pellerin fait chanter les vieilles pierres dans l'appartement lugubre d'un archéologue raté qui se venge sur un stagiaire de Pointe-à-Callière. André Marois place trois personnages - un taxidermiste, un propriétaire de salon funéraire et un préposé à la morgue de Montréal - devant un grave dilemme impliquant un cadavre.

Inquiétants, angoissants, parfois drôles, les auteurs nous transportent dans les rues les plus sombres de la ville. Et Montréal noir ne fait pas de quartier ...

Commentaires : De prime abord, il fait savoir qu’on est ici en présence d’un ouvrage qui avait été publié initialement en 2003 par les éditions Les 400 coups. Ce qui nous permet de redécouvrir les sept nouvelles qui y sont colligées. Parmi celles-ci, j’ai particulièrement apprécié Heure de pointe (Patrick Senécal) pour le suspense créé dès les premiers paragraphes, et ce jusqu’à la finale. J’ai aussi aimé retrouver une histoire absurde de François Barcelo, à la fois noire et rigolote intitulée Blanc comme neige. Du Barcelo à son meilleur ! Et finalement, la courte nouvelle d’André Marois, Un cadavre à la fois, une histoire bien ficelée.

Ce que j’ai aimé : La thématique montréalaise du recueil de nouvelles.

Ce que j’ai moins aimé : Des textes de valeurs inégales.


Cote : ¶¶